Extropied Redonner de la patate au légume Retour à l'accueil

Du côté de chez oim

8 février 2016

Olivier

Longtemps, je me suis levé de (très) bonne heure *. Mu par un irrésistible besoin de me sentir vivant, de toujours gagner du temps sur cette vie qui file trop vite.

Désormais, c’est le contraire. Certains jours, si je m’écoutais, je resterais bien au lit toute la journée, la tête enfouie sous la couette, en apesanteur sur mon matelas mémoire de forme, à l’abri du froid, du monde extérieur virevoltant sur lequel je n’ai plus prise, de cette position assise obligatoire devenue prison, avec ces spasmes, cet équilibre précaire, ce sol si bas, cette tête si lourde qu’il me faut la soutenir en permanence, ces cervicales douloureuses, cette tension capricieuse, ce corps déformé, ce fauteuil pas toujours simple à manœuvrer (quand il fonctionne), ces mains tellement crispées…Je pourrais m’abandonner dans le sommeil jusqu’à la mi-journée, où je me rêve désormais en handicapé certes, mais différemment. Souvent, je marche un peu et je me passe même du fauteuil en intérieur, je retrouve l’usage de ma main droite, toujours diminué mais en progrès… Bref, je rêve.

J’avoue que j’ai traversé un petit trou d’air en début d’année. Il parait que le 18 janvier est le jour le plus déprimant de l’année. Même si ce sont des publicitaires anglais qui sont à l’origine de ce concept idiot et que de surcroît, c’est la date de l’anniversaire de ma fille aînée, ce qui devrait toujours me réjouir, j’atteste que j’ai précisément touché le fond ce jour là. Il est vrai que la période était morose. Les “Michel” étaient particulièrement impactés. On a eu droit à des hommages un peu lourds pour les deux premiers – Delpech et Galabru – un peu plus discret pour Tournier, dont l’apport culturel apparaît pourtant plus conséquent. Mes idoles de jeunesse étaient décimées à leur tour. Après l’élégant Lemmy Kilmister et son jeu de basse reposant, on a perdu Glenn Frey, le chanteur et guitariste des Eagles, Maurice White, le leader funky de Earth Wind and Fire et enfin l’irremplacable David Bowie. Même si j’avais un peu décroché au cours de ses 15 dernières années de carrière, lorsque j’appris sa disparition à la radio, trois jours après la sortie d’un album prometteur, durant mon trajet Optibus du matin, cela plomba durablement ma journée. Je ne parvins pas toutefois à convaincre mon chauffeur Optibus de l’incommensurabilité de cette perte pour la culture moderne.

Puis, le soleil a fait sa réapparition, mon moral est sorti de l’ombre et a repris quelques couleurs. Je m’accroche, le printemps va finir par arriver.
Après le come back médiatique ridicule de JF Copé, N.Sarkozy, lui aussi est de retour. Le Bowie de la politique française aurait encore changé, comme il nous l’explique dans un livre à succès et court après son “aîné” Alain à coup de séances de dédicaces dans les librairies chics et les supermarchés, et de shows sur les plateaux TV. Sur celui de “Des paroles et des actes”, il déclare à propos des normes d’accessibilité : « Est-ce qu’il ne vaudrait pas mieux réserver 10 % des HLM vraiment pour les handicapés plutôt que d’appliquer des normes qui ruinent les communes ?” Parlons-en de l’accessibilité, mon cher Nico. Depuis ces derniers mois durant lesquels je m’efforce de mener une vie “normale”, je constate que bien peu de lieux publics que je fréquente sont finalement accessibles sans aide extérieure : ni mon médecin traitant, ni mon ancien kiné, ni le nouveau, ni aucun restaurant, la plupart des boutiques et les clubs de forme dans le quartier où je travaille, ni mon notaire, ni certains cinémas, ni beaucoup de trottoirs, ni (et c’est le pompon), les cabinets des deux médecins experts du Handicap où j’étais convoqué début janvier pour une histoire d’assurance. Systématiquement, on tombe sur la marche infranchissable, l’ascenseur inexistant ou trop petit, la table trop basse, la porte trop étroite, le métro inaccessible (ligne A, B et C), la pente trop forte, le passage obligatoire par les sous-sols, le patio en gravier… Je m’étonnais il y a peu de ne croiser que très rarement des fauteuils en ville (nous sommes pourtant près de deux millions en France d’après l’INSEE). Mais l’objectif de la loi sur l’accessibilité, pourtant applicable en septembre 2015, paraît encore bien lointain et tout ça finit par ne plus donner envie de sortir de chez soi. On peut comprendre.

Chacun ses problèmes. Outre Atlantique, ils ont Donald Trump, sosie du méchant de “ Retour vers le futur” Biff Tannen, en mieux coiffé. Toujours favori pour la primaire républicaine, il kiffe lui aussi les handicapés. Très mécontent d’être critiqué par un journaliste, il s’en est ouvertement gaussé durant un meeting. «Vous devriez voir ce type», a t-il lancé à la foule hilare avant d’improviser une imitation de Serge Kovaleski, qui souffre d’arthrogrypose, une maladie congénitale réduisant la mobilité des articulations. Gesticulant, recourbant le poignet et tremblant, il s’est amusé à singer le reporter. La grande classe !
Ce n’est pas la première fois que Donald Trump s’aventure sur ce terrain. En juillet dernier, dans une interview à la chaîne NBC News, le milliardaire s’était attaqué à un journaliste paraplégique qui l’avait qualifié de «clown» dans l’un de ses éditos. «Je me fais insulter par un mec qui n’est même pas capable de s’acheter un pantalon», avait-il lâché, fier de sa plaisanterie. Je n’ose pas dire que les bras m’en tombent, j’en ai besoin. Même Jean-Marie le Pen apparaît plus raffiné. C’est dire ! J’espère tout de même qu’il n’y aura pas suffisamment de beaufs racistes et ignares aux USA (attention, ils sont très nombreux) pour designer ce bouffon comme le candidat républicain de la première puissance mondiale.

En attendant les résultats des primaires républicaines américaines (et françaises…), je suis à l’affût des premiers pas imminents d’Agathe, qui devrait marcher avant moi, c’est désormais une certitude. J’ai également commencé mon entraînement hebdomadaire avec le team ENS de Lyon. Chaque mercredi après-midi, je retrouve notamment Vance et Sébastien, notre coach, pour une heure de pédalage, en attendant mieux. Ça me fait du bien au corps et à la tête, c’est déjà beaucoup. J’attends surtout le retour des beaux jours, comme évoqué plus haut. Je m’autoriserai alors quelques escapades sportives au parc de la Tête d’or entre midi et deux, équipé de ma 3ème roue, comme “au bon vieux temps”. Je pourrai reprendre également mon passe-temps favori, lire un bon bouquin au soleil ou à l’ombre du petit cadeau que je me suis octroyé en fin d’année : un olivier plus que centenaire que l’on a mis en terre au centre de notre petit carré de nature. Un symbole méditerranéen dont j’aperçois les ramures chaque matin par la fenêtre de ma chambre et auquel j’ai fini par m’identifier un peu : arraché à sa vie d’avant, résistant malgré les épreuves, noueux, torturé, déformé, croissant dans les directions les plus antagonistes, vivant et si peu apaisé.

*Petit clin d’oeil “Proustien” à l’heure de cette réforme “orthografique” initiée par Michel Rocard (encore un Michel qui lui, va bien, ouf) il y a 25 ans, qui déchaîne la toile et la droite, comme d’hab. Najat n’y est pour rien cette fois-ci, pourtant. Comme l’écrirait avec simplicité Michel Houellebecq (encore un) : “Mème si ce weekend ton nénufar sent l’ognon, ça ne va pas me coller de l’exéma.”

Par Michel Sorine

Michel Sorine

Directeur associé

Sportif du dimanche et directeur de clientèle  la semaine, il est aussi concepteur-rédacteur à ses heures, ça le détend.

Voir tous ses billets

Il y a 25 commentaires

  • mamoëlle le 08.02.2016 à 16h43

    Tellement contente d’avoir de tes nouvelles, Mimi ! 🙂
    J’aime toujours autant ton optimisme, même si ça n’est pas facile tous les jours…
    Je t’embrasse bien fort, et câlin à Agathe.

    Mamoëlle 🙂

  • Mamanpat le 08.02.2016 à 18h30

    L’olivier est aussi le symbole de longévité et d’espérance, il est réputé éternel, il est symbole de paix et de réconciliation, de victoire, de force et de fidélité…

    Big kisses my friend

  • Minchella Alice le 09.02.2016 à 8h19

    Heureuse de vous lire.

  • PAF le 09.02.2016 à 14h10

    Courage, Michel l’olivier, t’es beau!
    Toujours autant de plaisir à te lire.
    Salutations
    PAF

  • mariepou le 09.02.2016 à 14h23

    « TU SAIS » Mitch, j’ai beaucoup d’admiration pour l’homme que tu es !!!
    bisous

  • Arthur le 09.02.2016 à 14h37

    Hello Michel, j’ai eu également un petit coup de blues en apprenant le décès de Bowie. Pas tant que je sois un grand fan (plus dernièrement en tout cas) mais il faisait parti de ces références qui vous semblent éternelles et qui, lorsqu’elles disparaissent, vous rappelle brutalement que tout le monde y passe un jour ou l’autre. Je ne suis franchement pas pressé. La bise chez toi.
    Arthur.

  • philkikou le 10.02.2016 à 6h19

    Des billets « cash » sans se cacher, ton quotidien, tes ressentis, tes espoirs, tes galères, … tout ça saupoudré avec une pincée d’humour, d’auto-dérision et une belle plume
    En te souhaitant de vivre heureux auprès de ton arbre…

  • Lise le 10.02.2016 à 16h33

    Tiens, moi aussi, j’ai appris la mort de Bowie pendant un trajet Optibus. A moi aussi, ça a plombé la journée. Et moi non plus, je n’ai pas réussi à convaincre mon chauffeur de l’incommensurabilité de la perte…
    On ne se connaît pas mais on aurait pu se rencontrer plusieurs fois déjà : Je travaille chez EO Guidage, dont Extra a fait la carte de voeux il y a deux ans et bien d’autres choses depuis.
    J’ai couru plusieurs fois la Saintélyon en compagnie de Marie-Christine du CT Lyon qui est une de mes amies.
    Et maintenant, nous nous rejoignons dans le handicap : quasi non-voyante de naissance, je suis confrontée depuis peu à des problèmes de santé qui restreignent mon activité.
    Pas facile à vivre tous les jours mais on s’accroche ! Courage à toi et au plaisir de te lire.

  • Philippe DUBOIS le 10.02.2016 à 18h52

    Voilà un retour du moral !

    Taquin avec les politiques de droite (on peut faire la même chose avec ceux de gauche d’ailleurs, ils sont en plus aux affaires…), en attente de l’avenir ; nous te retrouvons.

    Je pense à toi.

  • Jacqueline le 10.02.2016 à 19h10

    Salut mon cousin,
    Non je ne t’ai pas abandonné, juste une petite baisse de forme mais je ne devrais même pas le dire, face à toi et à ton courage. Les beaux jours vont bientôt arriver, même si hier nous avons été surpris par la force du vent.
    Tu as ta merveilleuse femme qui te bichonne et que dire de ta petite Agathe, si belle et si souriante, elle te donne la pêche et t’oblige à regarder de l’avant même si tu n’en as pas toujours envie.
    Tu nous diras à quel moment regarder Arte et le reportage en vu de ton prochain défi. J’ai hâte de vous revoir tous réunis, mais il va falloir que je secoue Christian pour qu’il aille enfin faire les travaux dans ta maison.
    Sinon ici tout va bien et nous pensons et parlons souvent de vous. Tu remercieras Chloé pour les photos.
    Alors Mim, accroche toi, le printemps sera bientôt là. Je t’envoie de gros bisous pour toi, et toute ta famille.

  • Gintzburger Camille le 11.02.2016 à 6h56

    Beau billet qui récompense le dilettante que je suis et qui consacre une partie de son temps à apporter des réponses aux différents problemes évoqués.
    Merci également pour l’écriture et sa justesse.
    Bon entraînement .

  • tarel le 13.02.2016 à 21h54

    Merci pour ce clin d’oeil proustien que vous pourriez rencontrer également dans « il était une fois l’amérique ». J’ai adoré l’invention de la citation de Houellebecq (je pensais qu’elle était vraie)

    Puisque vous êtes de nouveau revenu aux affaires chez Extrasport, essayez d’imaginer un swim run dans la région (il y a quelques années, j’avais été pénible en vous contactant pour un run and bike et il n’y pas de raison pour que cela change !)

    Portez vous bien et tenez vous mal !

  • fanfan le 14.02.2016 à 19h36

    bonjour… plutôt bonsoir Michel
    Te lire est toujours apprenant. Ce mélange de « vie privée / vie publique » est toujours aussi décapant. Je commence ton billet en me demandant si je vais tenir le choc tellement c’est difficile et dur ce que tu racontes, je sens mes yeux qui picotent et puis… je me laisse porter par ta prose ou la curiosité ou simplement l’envie de savoir ce que tu vas nous raconter. Et je finis toujours par sourire et même rire. J’adore la façon dont tu croques notre monde! quel talent. J’ai dû déjà l’écrire mille fois mais je n’hésite pas à te le ré-écrire . Je pense de plus en plus souvent à toi et à tous ceux qui sont en fauteuil chaque fois que je suis en ville. Mon regard est différent et bien sûr je ne fais que constater amèrement le manque d’équipements facilitateurs !
    Je ne peux que te souhaiter de profiter de tous ceux qui t’entourent et qui t’aiment. L’amour il n’y a que ça de vrai… et en plus c’est la saint Valentin!
    je t’embrasse Mitch . J’attends de te lire comme d’hab.

  • Clacla BM le 15.02.2016 à 13h53

    Yes Mim, pour Bowie, je te suis complètement, ça m’a scotchée. Je n’ai jamais été fan absolue mais en première (j’arrivais à Grenoble, from Troyes, avec la famille), j’avais deux copines qui n’écoutaient que lui, donc je suis hyper sensibilisée à sa musique. J’ai regardé pas mal de videos depuis son départ et re-découvert cet homme, large sourire, réponses franches et pleines d’humour (d’amour aussi)… face à des interlocuteurs déstabilisés devant son esprit et sa grâce (Sting me faisait un peu le même effet jusqu’à son clip avec Mylène…).
    On n’a pas eu le temps d’en parler samedi soir ;-), mais la musique ! waou ! ces dernières années ça a pris pour moi une place de plus en plus importante. Je voudrais bien savoir ce que tu écoute ??? youtube ? concerts ? cd ? aller, je te fais une petite liste à la Prévert : Hocus Pocus, 20Syl, Ibrahim Maalouf, Guillaume Perret, Chedid (Louis, Mathieu, Anna), Jonasz, Electro Deluxe, Ben Mazuet, Gael Faye, Galliano, Eric Prost, Winston MC Inuff, Alfio Origlio, Volo… Cyrille Aimée,…
    A toi !!!
    Je te fais de belles bises, bien que mes joues soient gelées par le froid du nord ce matin.
    A bientôt ami, et bien sûr, je te charge de bises pour Chloé et la mignone Agathe, je n’oublie pas Marin (c’était un plaisir de le rencontrer).

  • philkikou le 15.02.2016 à 18h28

    puisque vous causez musique, un groupe de chez vous que j’écoute en boucle depuis que je les ai découvert en concert dans une petite salle locale :
    1° partie BLAK LILYS ( http://www.blacklilys-music.com/ ) : un frère et une soeur lyonnaise , lui a la guitare, elle au chant : une voix très singulière et bel univers musical que j’ai bien aimé. Il passait à la MJC du Vieux Lyon il yt a qqs semaines (clip tournée dans le Pilat)
    https://youtu.be/3mH6fwqQZQM?list=PL2s6_qnYc6VcGtZmpSJNOCJsNYM_zou3A

  • Gisèle le 17.02.2016 à 20h53

    Olivier superbe , moral un peu bas je trouve va falloir améliorer tout ça, c’est sûr l’hiver n’aide pas à se secouer mais je compte sur ton mental pour passer par dessus, exit la couette profites du moindre rayon de soleil, regarde autour de toi la nature renaît alors fait la même chose et puis laisse tous ces politicards ils ont rien compris ils sont tous aussi nuls les uns que les autres, appelle quand tu as besoin de papoter. Des bises

  • Charles le 19.02.2016 à 23h16

    Salut Mec
    Un peu de slam pour le vague à l’âme
    Un peu de poésie dans cette vie pourrie
    Beaucoup de dégout dans ce monde de fou
    Tu es comme l’olivier un peu torturé
    Mais fort comme le chêne et sans chaines
    Je veux te chanter la chanson d’un chanteur bourguignon
    Yves JAMAIT qui crie souvent « plus jamais »
    Mais qui hurle tout le temps « je suis vivant »
    « Je danse pour deux, pour mille
    Ivre de vie, ivre de vent
    Je suis vivant »

    Charles( le loup solitaire et solidaire)

  • philkikou le 24.02.2016 à 6h48

    Merci au loup solitaire et solidaire pour sa prose et la découverte d’Yves JAMAIT jamais entendu

  • Clacla BM le 07.03.2016 à 11h04

    Mim, on est le 7 ! tu nous prépare un truc ? je piaffe ! bises ensoleillées de la Dombes.

  • Lemarié Nathalie le 13.03.2016 à 20h55

    Bonjour, aucune chance que tu te souviennes de l’ado que j’étais dans les années 80 au Lycée Ponthus de Thiard, à Chalon. Mais j’ai une très bonne mémoire, et de temps en temps, je jette un coup d’œil sur la toile pour y retrouver, au gré de mes balades, des personnes que j’ai croisées il y a…longtemps. C’est ainsi que je suis tombée sur toi. Même si on ne partageait que quelques moments aux interclasses ou bien au cafés du coin, je me souviens d’une personne de caractère…et avec des cheveux bouclés..si, si. Je suis sensible à ce que tu traverses et à la manière dont tu le fais. Nous traversons tous cette drôle de vie, à coup de petits bonheurs mais aussi en faisant face à des choses dont on aurait aimer se passer. Néanmoins, c’est ainsi que nous évoluons tout en restant les enfants ou ados que nous étions et c’est ainsi, me semble t’il que la plupart d’entre nous deviennent meilleurs.
    Je te souhaite de continuer d’avancer. Avec toute ma bienveillance.

  • Drouard Vincent le 14.03.2016 à 16h03

    Bonjour , Il y a déjà quelques mois que je lis ton blog Michel et j,ai toujours à la fin de chaque billet une grande émotion qui qui me traverse le corps, un truc bizarre comme une fierté d’appartenir à la race homo sapiens, comme une force immanente. Le monde n’est certainement pas foutu quand dans le tsunami froid libéral se cache une chaleur émanant de ta belle personne. Bon courage Michel et MERCI.
    Vincent un paysan Lorrain –

  • marc-antoine jacoud le 16.03.2016 à 14h36

    Super billet Michel (comme toujours).
    Pensée amicale et courage.
    Merci pour tes écrits.
    Marc-Antoine

  • Jacueline le 19.03.2016 à 18h27

    Salut Mim, j’espère que vous avez le même temps qu’à Santenay. Le printemps est arrivé et j’ai sorti la table sur la terrasse. Hier nous avons fêté l’anniversaire de Denise avec tes parents. C’est bien la première fois que je vois le chef, attablé à 16h alors que le soleil brillait .
    J’ai appris que ta fille marche et qu’elle est très à l’écoute de ce que sa maman lui apprend. Bravo.
    Je pense que la semaine prochaine vous serez parmi nous, alors en attendant je vous envoie de gros bisous

  • Véronique NGUYEN le 20.03.2016 à 8h55

    Bonjour, je fais partie de ces gens que vous ne connaissez pas mais qui vous connaissent. Je me suis reconnectée ce matin, après + d’un an de « retard ». 1ère réflexion : mais qu’est-ce que vous écrivez bien !!! Cela fait une bonne demi-heure que je suis sur votre blog ; j’alterne éclats de rire et larmes aux yeux (émotion) en dévorant vos posts ; franchement bravo ; vous avez là un vrai talent ! Je ne sais pas si cela vous fait plaisir ou pas mais honnêtement vous avez un recul, un humour et un sens de la formule inégalés ! Sinon, je suis contente de voir que vous êtes sorti de l’hôpital et que vous avez repris des activités « à l’extérieur », même si ce n’est pas simple tout les jours, on s’en doute. Votre fille marche ; j’imagine que vous aurez l’occasion d’aller prendre l’air avec elle ; si je vous croise un jour dans un parc (peu probable mais bon…) je viendrai vous saluer ; veuillez au préalable m’excuser si je vous dérange mais vous êtes vraiment qqu’un d’admirable et très talentueux. Bon courage à vous pour tout ; le printemps arrive à grands pas ; l’olivier pousse ; votre petite fille fille va avoir besoin de s’asseoir sur vos genoux pour se reposer entre deux pas…
    Merci pour le partage, et au plaisir de lire vos prochains écrits !
    Véronique.

  • Arnaud Bachelard le 26.04.2016 à 14h21

    Et quand tu veux pour venir profiter des oliviers dans notre jardin. Il y en a 32 (je les ai compté hier !) et on est au RDC.

    La biz

Ajouter votre commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *