Extropied Redonner de la patate au légume Retour à l'accueil

Grande cause nationale ?

22 mars 2016

Grande cause nationale

Qu’ont donc en commun le handicap, l’autisme, les violences faites aux femmes, le cancer, la prévention routière, le racisme, le réchauffement climatique ou encore le sida ?

Au premier abord, pas grand-chose, si ce n’est que tous ces thèmes ont déjà été désignés “Grande cause nationale”. Ce label, attribué chaque année par le gouvernement depuis 1977, est censé permettre de sensibiliser l’opinion à des causes et problématiques jugées majeures et donner lieu à des mesures d’envergure. Pour ce faire, le Premier ministre en fonction choisit chaque année un thème porté par des associations. Cette distinction permet notamment à ces associations de disposer “gracieusement” d’espaces publicitaires sur les télévisions et radios publiques. Youpie ! Le handicap moteur a déjà été désigné “Grande cause nationale” à deux reprises, en 1995 et 2003. A quoi ça a servi ? Ben…faute d’accompagnement politique et surtout de moyens adéquats, à pas grand chose non plus. Pourtant, notre président en exercice a redécouvert les handicapés en 2014, promettant plein de choses (ça ne coûte rien) et notamment que tous les matchs de l’Euro 2016 soit totalement accessibles aux personnes en situation de handicap. Ce qui nous fait – si je puis me permettre- une belle jambe. Il déclare à cette occasion : “ la politique du handicap est plus qu’une politique. C’est une ambition pour une société qui se grandit à mesure qu’elle se révèle accueillante, innovante et bienveillante.” Dans le même temps, le gouvernement décidait en loucedé de repousser le délai dans lequel les transports et les lieux publics devaient créer des accès spécifiques pour les handicapés. La loi “Handicap” de 2005 fixait en effet 2015 comme date butoir pour ces mises en conformité. Cette obligation est désormais repoussée de 3 à 9 ans selon les cas. Allez comprendre…

Certains s’étaient bien sûr émus que nos centres villes historiques puissent être défigurés par l’obligation de mettre les établissements recevant du public aux normes d’accessibilité pour les personnes handicapées. Un peu de confort superflu, en somme, pour une infime minorité qui va contraindre commerçants, avocats, médecins à « l’exode » en périphérie. Mais les handicapés ne seraient pas seulement à l’origine de cette nouvelle catégorie de migrants. Ils sont aussi (et ça c’est N.Sarkozy et F.Fillon qui le disent) la ruine des municipalités et des promoteurs avec ces salles de bains immenses dans les appartements neufs pour « répondre aux normes fauteuils handicapés ».

Discours un tantinet démago mais surtout inexact. Car en creusant un peu, on apprend que les bâtiments classés bénéficient de généreuses dérogations pour la mise en accessibilité ; la mise en accessibilité n’est pas obligatoire lorsque il y a disproportion manifeste entre coût et conséquences sociales, entre coût et chiffre d’affaires de l’établissement ; et que 6 m2 suffisent pour une salle de bains aux normes.

Les socialistes viennent donc de détricoter par ordonnance le volet accessibilité de la loi de 2005 pour l’égalité des chances, portée à l’époque par l’UMP, mais M. Sarkozy semble penser qu’ils ne sont pas allés assez loin. Allez comprendre… Mais finalement, ces obligations internationales de la France en matière des droits des personnes handicapées sont sans doute dépassées, voire absurdes pour reprendre la terminologie de F. Fillon. Car honnêtement, ce statut dit défavorable est très exagéré. Il y a quand même plein d’avantages. Je suis bien placé pour le savoir.

Petite revue non exhaustive des privilèges induits de mon nouveau statut de tétraplégique :

  1. Je porte toujours des chaussures neuves : eh oui, fini les chaussures sales, usées ou qui ne sentent pas bon. En fauteuil, j’ai toujours des pompes impeccables. c’est le pied.
  2. Je bénéficie toujours d’une place assise : Métro, bus, train, cinéma, réunions, spectacles, soirées, files d’attentes…et en plus je suis le plus souvent prioritaire dans ces files d’attente, même à la sécu ou à la CAF. Total VIP !
  3. Je rencontre des femmes tous les jours : chaque matin, une femme différente (plus rarement un homme) me surprend au lit et explore mon corps dans ses recoins les plus intimes. Petite, grande, plantureuse, jeune ou moins jeune, black, blanche, beurette… C’est Meeticplégie !
  4. Je n’ai plus de migraines : les céphalées ont été assurément le fléau des mes 50 premières années, me gâchant souvent la vie aux moments les plus inappropriés. Mais depuis mon accident, comme par miracle, elles ont totalement disparu. Une vraie libération et sans doute la seule chose que je ne regrette pas.
  5. Je ne passe plus 2 heures chaque matin à choisir mes vêtements : Jeans à scratch sans couture aux fesses, tee shirt, sweat à capuche, baskets et anorak… C’en est terminé de la dictature du paraître, du dilemme permanent du choix, de l’assortiment et du chic tendance.
  6. Je me suis affranchi de la peur. Hormis pour mes proches bien sûr, me voici pour mon cas personnel libéré de toutes les angoisses qui rongent le genre humain : maladie grave, agression, viol, vieillesse, attentat terroriste, dénuement matériel, camp de migrants dans le jardin, contrôle fiscal et bien sûr la mort… J’affronte l’avenir avec une sérénité sans égale. Rien à battre…
  7. Je me déplace exclusivement avec chauffeur. A l’instar des élus d’un certain rang, ministres et dirigeants du CAC 40, j’ai le privilège de bénéficier d’un transport personnalisé quotidien avec chauffeur, de porte à porte. A 2 € le voyage, c’est cadeau et dans ce cas précis, il s’agit d’un avantage indéniable.
  8. Je ne ressens plus la douleur. Sur une grande partie de mon nouveau corps, si je reste sensible au toucher, je ne perçois plus en revanche ni la douleur, ni le chaud ou le froid. Pratique pour impressionner les convives lors d’un dîner en vous plantant une fourchette dans la cuisse ou pour porter sur vos genoux la poêle chaude avec vos œufs sur le plat.
  9. Je me fais masser les pieds tous les soirs. Ma compagne a décidé un jour qu’il était nécessaire de me décongestionner les chevilles souvent enflées en fin de journée et atténuer les contractures de mon aponévrose plantaire. Je n’ai rien fait pour l’en dissuader. Sans doute le meilleur moment de chaque journée.
  10. Je bénéficie de places de stationnement réservées au centre-ville. Bon d’accord, on est nombreux sur le coup et il semblerait que la fameuse carte de stationnement handicapé soit assez largement délivrée, prêtée, voire falsifiée… Mais ne gâchons pas notre plaisir. Imagine t-on des places réservées pour les clients Burberry, les délégués syndicaux, les intermittents du spectacle, les retraités taux plein, les taxis… Ah bon, pour les taxis ça existe ?
  11. Je suis débarrassé des contraintes domestiques. Jadis plutôt actif dans ce domaine, me voici désormais exempté par mon entourage des tâches collectives telles que mettre le couvert, débarrasser la table, vider le lave vaisselle, préparer le repas, passer l’aspirateur, sortir les poubelles, faire les vitres… On les comprend.
  12. Je dispose de plus de temps pour moi. Pas facile dans ma vie d’avant de se poser dans un coin avec un bon bouquin ou tout simplement ne rien faire en regardant l’herbe pousser et la vie s’agiter autour de soi. Difficile aujourd’hui de faire autre chose…
  13. Je gère beaucoup mieux mon budget. Il est vrai que j’ai considérablement réduit mes dépenses de sorties, vacances, matos de sport, fringues, déplacements, voiture, resto… De sacrées économies, tout de même.

Je pourrais sans doute poursuivre cette énumération qui démontre à l’évidence que mon statut d’handicapé recèle son lot de privilèges insoupçonnés. Sans vouloir généraliser mon cas personnel, il convient peut-être à ma corporation d’éclopés sur-assistés de cesser de toujours se plaindre.

Car pendant ce temps, la vie normale suit inexorablement son cours. Agathe va avoir 16 mois. Dernièrement, le jour de mon anniversaire précisément, elle s’est levée et s’est mise à marcher. Je ne sais pas comment le prendre.

Par Michel Sorine

Michel Sorine

Directeur associé

Sportif du dimanche et directeur de clientèle  la semaine, il est aussi concepteur-rédacteur à ses heures, ça le détend.

Voir tous ses billets

Il y a 23 commentaires

  • Clacla BM le 22.03.2016 à 10h03

    « Bravo Agathe !!!! merci », magnifique intuition/intention d’amour pour toi Mim !!! On sent déjà un sens de l’a propos et un cœur énorme chez cette petite, ça promet ! La photo est carrément craquante, je devine sa petite bobine sérieuse et concentrée.
    Pour le reste, je comprend ta rage, ta déception ? des mots, des mots…
    « Une société se grandit à mesure qu’elle se révèle accueillante, innovante et bienveillante », Yes, of course !!! mais ça me parait pas du tout compatible avec le libéralisme effréné qui a gagné cette même société, nous mettant tous-tes en compétition, et qui laisse de + en + de personnes sur le côté malgré une richesse qui progresse (PIB France en milliards 2000 : 1 485,3 – 2013 : 2 113,7) !!! De plus en plus de personnes y sont en « situation de handicap ».
    On commence par quoi ?? J’ai choisi la stratégie du Colibri, faire ma part et travailler à me changer pour être au maximum cohérente avec mes valeurs dans mes choix, mes actes… (c’est loin d’être parfait) et ne pas être vecteur de cette violence sociétale, comme le dit Vandana Shiva « Ne pas contribuer à ce qui est contre la vie ».
    Quand à tes privilèges ?
    Je n’en vois qu’un, celui d’être terriblement vivant, traversé de doutes et de questionnements, de découragements aussi… de ressentir des émotions, de communiquer avec tes proches et d’autres terrien-nes et d’être capable de recevoir et de donner de l’amour, notre carburant essentiel, existentiel. En tout cas moi, je prends tout ça en plein, merci Mim. Kisses +++++

  • J-Yves le 22.03.2016 à 15h05

    Quelle acuité ! Merci de nous ouvrir les yeux sur un monde que nous ne soupçonnons pas ! C’est autant instructif que passionnant !

  • Philippe DUBOIS le 22.03.2016 à 17h39

    La France des handicaps et des privilèges ; pour chacun l’autre est un privilégié…

    Bravo Agathe, déjà maline.

    Je pense à toi.

  • Véronique le 22.03.2016 à 23h06

    … Comme d’hab’, éclats de rire et vive émotion !!… Je vous admire, et admire votre talent d’écriture ! Vive Agathe, Vive Chloé (j’ai cru comprendre que c’était le prénom de votre « compagne » au sens Pacs du terme) et vive les gens qui vous entourent !
    A bientôt,
    Véronique

  • Jacqueline le 22.03.2016 à 23h08

    Bonsoir Mim, quelle magnifique photo d’Agathe et quel cadeau pour un papa.
    J’avais penser à tous tes problèmes mais je dois bien l’avouer je n’avais jamais imaginer tous ces privilèges !!! lol Quelle leçon tu nous donnes, de toujours trouver un côté positif aux situations les plus pénibles.
    Merci en tout cas de continuer à nous faire vivre ton quotidien.
    Je t’envoie ainsi qu’à toute ta famille de gros bisous de Bourgogne.

    Ce soir ,tu dois comme beaucoup d’entre nous, être bouleversé par les drames en Belgique.

  • philkikou le 24.03.2016 à 6h28

    Le slogan devrait être  » Grande cause toujours national  »

    « Notre maison brûle et nous regardons ailleurs » une autre belle phrase pas suivie des faits…

    Bel inventaire à la Prévert tristement drôle….et coïncidence troublante des 1° pas de ta fille le jour de ton anniversaire

  • Arthurbaldur le 24.03.2016 à 16h12

    « Dernièrement, le jour de mon anniversaire précisément, elle s’est levée et s’est mise à marcher. Je ne sais pas comment le prendre. »
    Ca sent la provoc, une rebelle sans doute ? A 16 mois, ça promet …

  • PM le 24.03.2016 à 17h29

    Encore une fois un joli billet d’humeur. Et une très belle photo…
    Elle sait ménager ses effets cette petite!
    Mon fils de 14 mois marche également derrière ses sœurs depuis un mois et c’est toujours amusant de noter l’extase que cette découverte de la vie de bipède procure aux enfants… et aux parents!
    Merci pour ce bon moment à te lire, le sourire aux lèvres. En espérant que tu le gardes aussi!

  • Laurent NEVEU le 25.03.2016 à 13h23

    Bravo Michel, je guette toujours tes billets d’humeur avec impatience, ils sont une vraie leçon de courage et d’humilité, si ton corps a été (un peu) altéré , ta personnalité et ton esprits sont toujours aussi riches.
    Un vrai bonheur de savoir qu’ Agathe marche, je pense que tu peut prendre ça comme un beau cadeau d’anniversaire.(elle te défiera surement plus tard par d’autres moyens)
    Toute mon estime.
    Un ancien du CT69.

  • isabelle le 26.03.2016 à 15h15

    C’est vraiment le printemps avec le retour d’un Michel incisif et optimiste !
    Merci pour tout ce que tu nous renvoies, le bien et le moins bien, quelle énergie, malgré tout. La jeune Agathe y est sans doute pour quelque chose.
    Bises et amitié
    Isabelle

  • Charles le 30.03.2016 à 22h42

    Salut Mec
    « Tu es comme un oiseau qui volait très haut
    Mais tes ailes sont brisées, tu ne peux plus voler
    Dans ta cage de verre, tu deviens amer
    Tu es spectateur alors que tu étais acteur
    Mais je sais que tu es fort comme un loup dans ce monde de fou
    Car au fond de cœur, tu ne rêves que de bonheur
    Ta liberté, tu vas la retrouvée
    Car tu as la rage et beaucoup de courage
    Même si tu as des doutes, Agathe te montrera la route… »

    Charles (le loup solitaire et solidaire)

  • fanfan le 31.03.2016 à 13h30

    Le printemps est là. La vie reprend. Agathe grandit comme un arbre. Michel écrit et nous ravit, nous sourit, nous bouscule. Tu es très fort pour établir des listes!
    « On a deux vies, et la deuxième commence quand on se rend compte qu’on n’en a qu’une. » Confucius
    je t’embrasse très fort.

  • fanfan le 31.03.2016 à 22h06

    j’ai oublié de te dire que j’adore la photo. J’imagine que c’est la petite Agathe qui a marché le jour de ton anniversaire! quelle belle coïncidence!
    encore des bises

  • Lidwine le 01.04.2016 à 16h52

    Hello Michel,

    J’adore cette enfant, avoir déjà un tel sens de l’humour à 16 mois, c’est la classe 🙂
    Elle a l’air d’avoir tellement grandi depuis qu’on s’est vu qu’il faut vite qu’on se revoit !

    Ta liste m’a l’air d’être exhaustive… il faut préciser, pour être tout à fait juste, qu’en plus, ça permet d’en faire profiter la famille (pour le stationnement et les files d’attente), nous, on pratique à fond et complètement sans scrupules cet incommensurable privilège, parce qu’après tout, tout ce qui est pris est pris… Alors si au moins, on peut être mieux placé pour profiter d’un concert ou d’un spectacle… ! Si on rajoute que souvent, les tarifs sont réduits, là, on atteint la félicitée ! Ca contribue à ton optimisation budgétaire.
    Je te rejoins, vraiment pas de raison de se plaindre 🙂

    Bise à toi et à Chloé
    Lidwine (et le colonel, et Baptiste, et Elsa)

  • Noune le 05.04.2016 à 8h44

    Hello Mim,

    Je suis tombée sur le FB de Xavier Mesalles. Dommage que je ne parle pas espagnol mais les images suffisent ! Va voir la vidéo du menu « à propos » de ce garçon ! Une belle invention pour plus de liberté.
    https://www.facebook.com/asesorenaccesibilidad/

    Biz Mimi
    Noune Ex bel’s Love … toujours sincèrement connectée 🙂

  • claudette le 05.04.2016 à 14h57

    coucou Mimi,
    Nous sommes en train de relire ton blog et sous un triste ciel (le même que le tien à Marseille) nous pensons très fort à toi, nous admirons la belle Agathe en route pour l’aventure et nous espérons vous revoir très très bientôt ……. gros bisous de toute la famille
    claudette et Denise

  • Nath Lbm le 05.04.2016 à 16h25

    Un billet toujours aussi juste. J’aime particulièrement ta petite revue des privilèges induits par ton statut de tétraplégique. Il est important d’avoir des émotions quelles qu’elles soient car c’est signe qu’on est vivant et toutes sont importantes. Parfois on va les exprimer avec de l’humour et parfois le ton peut être plus grave mais ce qui compte c’est la sincérité des ses intentions. Et puis tu as le bonheur d’avoir une compagne et une adorable petite fille et ça c’est un privilège. 😉

  • Sandrine le 06.04.2016 à 14h15

    En avant, marche !
    Agathe est debout et elle t aide à le rester aussi…c est un très beau cadeau d anniversaire et comme ça , tu n oublieras pas la date de ses premiers pas !
    Quant à l aponévrose plantaire; j ai appris récemment qu elle était la cause de mes douleurs aux pieds. Ta tétraplégie se tourne en avantage dans ce cas… pas de désagrément pour marcher 😉
    Je t embrasse.

  • Le coach le 14.04.2016 à 7h19

    Plus de migraines de peur, d’angoisse mais la sérénité totale, plus aucune contrainte domestique, beaucoup de temps pour toi, un budget réduit au minimum, un chauffeur perso, un bataillon de femmes à ton service, des places de stationnement réservées, une place assise assurée dans les transports en commun et en plus de tout des chaussures toujours propres !
    Dans une une époque de mal-être généralisé, de restritcions, de souffrances, tu ne te culpabilises pas un peu Michel?

  • SAILLY Noëlle le 20.04.2016 à 19h46

    Bonsoir Michel,

    Je vais te le dire, il est temps ! Déjà à Santenay à 10/11 an, je trouvais que tu étais le plus beau et le plus intelligent garçon que notre village avait produit ( hormis certains millésimes dans un autre domaine) ! Tu m’impressionnais (où je t’admirais) ? et cela continue… Bravo, tu es un vrai mec ! Continues, ton existence est belle et TELLEMENT UTILE !
    Avec toute mon affection.
    Noëlle

  • Jacqueline le 26.04.2016 à 17h45

    Salut les Lyonnais,
    J’espère que vous allez bien et que vous avez meilleur temps qu’ici. On se gèle. J’ai hâte de vous revoir et de voir votre belle Agathe. D’après Yvette elle a du coffre quand elle est est en colère !!!! lol
    Toujours de l’entraînement pour toi, mon cousin ??? Quand à Chloé félicitations pour tes photos toujours aussi belles. Bonne soirée en famille et à bientôt, gros bisous de Santenay

  • Clacla BM le 27.04.2016 à 8h48

    Hello Mim, dernier message du 22… on est le 27… tu passerais pas tes « nuits debout » avec ta petite marcheuse ? Aller, c’est toi qui l’écrit ta vie, alors je prends patience et j’attends ton billet en profitant du rayon de soleil de ce matin. Belle journée à toi et aux « filles ». Kissesssss de la Dombes

  • Karl le 03.05.2016 à 13h16

    « Dernièrement, le jour de mon anniversaire précisément, elle s’est levée et s’est mise à marcher. Je ne sais pas comment le prendre. »

    Bon sang tu ne peux pas lui filer un coup de latte ou lui faire un croche-pied

Ajouter votre commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *