Extropied Redonner de la patate au légume Retour à l'accueil

Je suis au lit

5 février 2015

Je suis au lit

Oui, on peut rire de tout.

Des handicapés bien sûr, mais également des religions, des prêtres ou des prophètes pédophiles, de la charia et de tous ces demeurés bas de plafond issus parfois de nos quartiers qui se réclament de cet Islam radical. Oui, Cabu et Wolinski doivent bien se marrer. À plus de 75 ans, s’ils avaient su que leur mort, certes brutale, allait susciter un tel émoi planétaire et des manifestations historiques, voir un numéro de Charlie Hebdo tiré à plus de 7 millions d’exemplaires, exciter encore un peu plus les fascistes islamistes un peu partout, et mettre le journal à l’abri du besoin financier pour longtemps, ils auraient signé tout de suite.

Du 7 au 15 janvier, j’ai suivi tout ça de ma chambre :  la stupeur, le chagrin, la colère, la traque, l’émotion le jour de la Marche républicaine,  j’aurais bien aimé participé, mais l’infirme sage connaît ses limites. 15 jours après, l’émotion semble être retombée. Le président de l’UMP a remis son costume de grand méchant opposant et la gauche qui rase gratis se prend à rêver d’un grand soir européen né à Athènes. Dommage, tout le monde ou presque (à part Nico, Marine et certains collégiens analphabètes comme leurs pieds) était sorti grandi de ce psychodrame. Le président et les ministres concernés, la laïcité, la liberté d’expression, Djamel, le pluralisme, le peuple français, la police, les relations franco-américaines, les français musulmans modérés… 70 ans après la libération d’Auschwitz, en pleine hystérie antisémite ou islamophobe, il est toujours utile de se repencher sur quelques valeurs essentielles.

Une anecdote pour clore ce chapitre : plusieurs de mes proches ont tenté de me procurer le Charlie Hebdo post drame. En vain! C’est finalement Frédérick, un patient rencontré il y a peu, avec lequel je partage de grosses galères et le soutien fidèle d’une blonde qui en fait courir des milliers d’autres, qui me l’offrira un jour où il passait boire le café. Le point presse de l’hôpital en avait reçu le matin même 80 exemplaires et comme la majorité des patients n’a pas tout à fait la tête à Charlie, Frédérick en acquis une poignée pour faire plaisir (#touché!). Une heure plus tard, je vendrai la mèche au gymnase, déclenchant une émeute de kinésithérapeutes au relais H.

Période étrange, durant laquelle je devrais aller mieux et où  j’ai l’impression, sinon de reculer, au mieux de stagner. Ce n’est pas le cas de ma fille Agathe, dont nous fêtions récemment les 2 mois, ainsi que les 22 ans de ma fille aînée. Toutes les 2 sont en pleine bourre. Moi, je cumule des petits trucs qui rendent la vie encore plus désagréable : une nouvelle infection urinaire depuis hier, mais sans fièvre excessive (week-end à la maison supprimé tout de même), une toute petite forme, pas d’appétit – mais il faut dire que la diététicienne ne fait rien pour m’exciter les papilles – épaule toujours douloureuse, alors que j’en ai tellement besoin, et surtout spasmes d’une violence exponentielle dans presque tout le corps, dus probablement à ce problème de hanche. Un problème vraiment handicapant (un comble pour un Tétra). Une seconde séance d’ondes de choc (pour tenter de casser l’excroissance osseuse) n’a rien donné sinon de me mettre le corps sous spasmes « gégène » durant les 5 jours suivants, me gênant même pour respirer, dormir et irradiant of course, l’épaule douloureuse. Bref, je me réfugie dès que possible sous les couvertures des HCL, lesquelles, à défaut de m’enfuir, me permette de m’enfouir.

Vous l’avez remarqué, le délai entre chaque billet de ce blog a tendance à s’allonger. J’ai d’ailleurs reçu de nombreuses remontrances dernièrement. Je deviens flemmard, certes, ou alors je suis peut-être plus sollicité qu’auparavant.

Mais cette fois, je l’ai fait un peu fait exprès, car je voulais d’abord vivre cette journée particulière pour vous la raconter. J’avais appris que l’hôpital disposait d’un mini-bus permettant d’embarquer 8 personnes dont 5 fauteuils. J’ai donc proposé à Johnny, un jeune « intouchable »(tétraplégique complet), très attachant mais souvent désœuvré face à la vacuité de sa nouvelle vie, d’organiser avec lui une sortie « fauteuils »au tout nouveau musée des Confluences, situé non loin de notre lieu de villégiature. Chic, ça lui plaisait comme idée ! On fonce. Je sélectionne 3 autres VIP par affinités (very interesting plégiques) : Jordan, un petit jeune toujours partant, Yves, un éleveur éloigné de ses laitières depuis plus d’un an et Rachid, d’abord réticent mais au final assez facile à convaincre. L’initiative semble seduire en haut lieu puisque nous obtenons assez rapidement des réponses favorables et une date. Agnès, la responsable de l’animation, gère bien l’affaire, faut reconnaître. Nous avons même réussi à créer le buzz puisque tout le personnel soignant nous en parle.

Quelques péripéties plus tard, jeudi 29 janvier, nous et nos 2 accompagnatrices embarquons à 13 heures pétantes dans le véhicule adapté (charger et sangler 5 fauteuils est une opération fastidieuse), sous le regard envieux de nombreux patients en pause clope. Et nous alors ? Devant l’incompréhension légitime que suscite ce grand départ, je dus expliquer qu’il s’agit d’une initiative entre potes, et que chacun a la liberté d’aller voir Agnès et de lui suggérer une idée. Je ne fus pas très convaincant et la pauvre Agnès, de nouveau interpellée au retour, va devoir programmer peut-être d’autres sorties. C’est donc en pionniers que nous nous présentons au pied de cet édifice spectaculaire dont le parking handicapés reste à matérialiser. Nous finissons par nous faire indiquer un emplacement où nous garer et où décharger (sous la pluie). L’entrée se fera par le niveau -1, accessible après une bonne pente (petits bras s’abstenir).

Première impression, les 200 millions de dépassement de budget n’ont pas été investis dans l’accessibilité des PMR. Ça se confirmera ensuite dans les petits ascenseurs, logiquement réservés d’abord aux fauteuils (il y a des Escalators partout) mais bien squattés par les valides, ou dans l’étroitesse de la déambulation de l’une des expos temporaires, « Dans la charme des merveilles » d’où j’ai bien cru que nous ne sortirions jamais. Pour le reste, on est impressionné par le gigantisme de ce monstre mégalo, imaginé par des architectes autrichiens adeptes du déconstructivisme (haro sur les formes simples, les angles droits, … Et parfois le bon goût). Un rapide passage sur la terrasse panoramique ouverte aux 4 vents et infréquentable plus de 20 secondes ce jour là, par nous cinq en tout cas, et nous voilà au 3ème étage, dédié aux expo permanentes. En gros, l’histoire de la Terre et de l’humanité, du big bang à l’iPhone. Un joyeux mix Max entre les collections d’un muséum d’histoire naturelle (squelettes de dinosaures, animaux naturalisés, pierres, coraux) avec celle d’un musée d’arts premiers (masques africains, peintures aborigènes, sculptures inuites) et d’une cité des sciences (accélérateur de particules, Cocotte-Minute, Minitel).  Pas toujours simple de s’y retrouver sans guide (ce service, que nous souhaitions au préalable, n’est pas encore proposé).

Quatre salles déclinent quatre grands thèmes – les origines, les espèces, les sociétés, la mort – dans des scénographies parfois très réussies (les origines), parfois plus confuses (les espèces). On a souvent du mal à saisir la logique de ces univers bien trop différents dans leur conception, surtout lorsqu’on ne dispose que de deux heures. Au 2ème étage, l’expo temporaire dédiée aux « Trésors d’Emile Guimet « ne se visite sûrement pas en coup de vent. C’est pourtant ce que nous ferons, une nouvelle fois désorientés par la logique de cette nouvelle scénographie. Globalement surpris par la densité du public pour un jour de semaine hors vacances scolaires, nous tomberons bientôt sur un groupe d’une dizaine de jeunes en fauteuil. Lorsque la jonction s’opère dans la salle dédiée aux espèces, on pourrait croire à une nouvelle expo temporaire sur une espèce étrange aujourd’hui disparue. Qu’est ce c’est encombrant, des PMR dans une expo! On n’a pas idée. Comme leurs minibus sont stationnés juste derrière le nôtre, Nous devons coordonner nos horaires de départ. D’ailleurs, Agnès commence à battre le rappel.

Légère frustration mais mes comparses ont la banane. Une journée agréable et une expérience à renouveler. Faut juste trouver l’énergie nécessaire, car à bien y réfléchir, cette visite au musée était ma dernière journée sympa. Depuis je déguste, pas franchement aidé par certaines prescriptions médicales, et je passe plus de temps dans mon lit que dans mon fauteuil. L’objectif est contraire. Mais tout finit par arriver. J’ai bien mis une semaine à poster ce billet.

Par Michel Sorine

Michel Sorine

Directeur associé

Sportif du dimanche et directeur de clientèle  la semaine, il est aussi concepteur-rédacteur à ses heures, ça le détend.

Voir tous ses billets

Il y a 42 commentaires

  • Mamanpat le 05.02.2015 à 15h16

    « Une semaine à poster ce billet »…
    Mon coeur balance entre ta tendance à nous faire languir de l’arrivée d’une nouvelle superbe page d’écriture et un transfert de la pratique d’ultras…
    Un peu des deux sûrement !
    La bise Mimi

  • jeff Vaillant le 05.02.2015 à 17h45

    Évidemment. Monsieur Sorine va se promener, pendant que nous attendons des nouvelles. Bravo.
    tes billets sont addictifs, réduit le délai, c’est une prescription médicale.
    la bise et l’amitié

  • Ro le 05.02.2015 à 18h37

    Ma « pleine bourre » m’a permis de torcher le BNB en une semaine.

    Il va falloir que tu me trouves un autre bouquin, pour ça t’es bien plus autonome que moi.

  • jacqueline le 05.02.2015 à 20h15

    Enfin !!!! je n’osais pas te demander si tu devenais flemmard ou si tu voulais simplement te faire désirer. Alors si le délai pouvait être un peu plus court ce serait bien. Je vois que malgré tous ces problèmes qui t’obligent à rester au lit, tu as su trouvé les mots pour entraîner avec toi quelques potes, pour une sortie. Je te reconnais bien là.
    Je souhaite une bonne fête à ta fille Agathe et fais un gros bisou à Ro. J’espère que ce week end tu pourras rentrer chez toi. Ta maman va te voir samedi et j’aurai des nouvelles de toute la famille. Un grand merci pour ce billet tant attendu, gros bisous et courage mon génial cousin.

  • mamoëlle le 05.02.2015 à 21h34

    Haaa Mimi, enfin !

    Tu nous as manqué, faut plus nous laisser un mois sans nouvelles comme ça !
    C’est génial cette sortie que tu as organisée, tu auras marqué les esprits de ton lieu de villégiature.
    Pourvu que physiquement ça s’arrange, et que ces galères t’empêchant de passer tes week-end en famille s’arrêtent…
    Je te fais de gros bisouxxx et pense toujours fort à toi.
    Plein de courage.
    Embrasse bien ta tribu, small…

    Mamoëlle. 🙂

  • stphane le 05.02.2015 à 22h14

    …, merci pour tes billets…

  • Jean-Yves le 05.02.2015 à 23h40

    Juste un anonyme, amical et admiratif « salut », et découvrir cette nouvelle vie est impressionnant… Merci pour ces billets !

  • Sabzaina le 06.02.2015 à 6h12

    Maintenant qu’on en connaît la raison, tu es tout excusé pour ce délai.
    Mais que pour cette fois, hein!

    Bises

  • Arnaud le 06.02.2015 à 6h55

    Je profite de ce nouveau billet, attendu par tant de monde, pour te souhaiter une bonne année 2015 ; qu’elle soit celle de la renaissance, aux côtés de ta famille, tes proches et ta formidable équipe de la rue Vauban.
    Courage Michel !

  • Bicshow le 06.02.2015 à 7h46

    Putain c’est relou les billets sur les musées vivement la réouverture des maisons closes.

  • Philippe DUBOIS le 06.02.2015 à 8h02

    Ah, Michel est de retour !

    Un billet (enfin) et une tentative d’évasion culturelle. une petite journée en off…. ce n’est certes pas assez mais déjà un bon début.

    Je ne sais pas si je dois le dire, mais je continue à plus penser à toi qu’à Charlie.

  • isabelle le 06.02.2015 à 10h57

    Merci pour la visite commentée, les commentaires et les nouvelles, toujours le plaisir de te lire.
    Il te reste à tester l’expo Star Wars à la Sucrière, pas sûr que l’accessibilité soit meilleure, comme dans beaucoup trop de musées et de salles de spectacle.
    Pas sûr non plus que l’esprit du 11 janvier, selon l’expression désormais consacrée, survive longtemps. Je crois même ne rien voir venir de bon dans les quartiers dits prioritaires où je travaille, malgré les belles paroles et l’émotion collective du début d’année…
    Flocons et bise glaciale dehors, reste au chaud en attendant le printemps.
    Bises

  • Clacla BM le 06.02.2015 à 12h06

    Ben, merci pour tout ça Mim, les partages du bon et du pire (?) encore que tu nous épargnes un peu j’en suis sûre… Je retrouve ton énergie vitale, communicative, yes ! vibre, vit ! merci, et bonne fête à la petitoune
    Amicalement Clacla créa (oui,oui toujours !)

  • Clacla BM le 06.02.2015 à 12h10

    et puis, j’ajoute, oui, je t’ai attendu moi aussi, faisant mille suppositions sur ta traversée, un mois, c’est long !
    C’est dingue que tu reviennes comme ça dans ma vie !
    Bises Clacla C (BM)

  • GISELE le 06.02.2015 à 13h38

    J’aime bien visiter les musées sans me déplacer et voilà c’est fait tu as tout raconté, j’espère qu’avec tes relations tu vas te battre pour que la ville de Lyon se bouge pour améliorer la vie des personnes handicapées aussi bien dans les rues que dans les lieux publiques ils ont du pain sur la planche……un nouveau challenge en perspective.
    Je sais que maintenant que tu es devenu animateur d’Henry Gabrielle tu vas préparer de nouvelles sorties de groupe et ça c’est génial pour les personnes qui rouillent dans ces bâtiments des HCL tu leur donnes certainement beaucoup de bonheur et si tu les regardes bien tu dois voir briller plein d’étoiles dans leurs yeux merci pour eux .
    Par contre toi tu dois tenir le coup envers et contre tout alors accroche toi …..bises à bientôt

  • Pou le 06.02.2015 à 14h35

    Proverbe détourné:
    À la sainte Agathe, prends tes boules quiès et va à la mignonnette, si tu n’y vas pas pour la gronder, vas-y surtout pour l’admirer sans modération et t’en retourner bouche bée.
    Pou

  • philkikou le 06.02.2015 à 17h55

    Bravo pour ton expédition au musée qui m’a bien amusé…
    Autre possibilité de titre : « je suis Ali T. » …
    Pour le prochain billet, j’espère que tu seras passé de la forme allitée à la forme olympique version para… ce sera ma chute…

  • Vincent le 06.02.2015 à 21h17

    Découvert ce blog un peu par hasard, depuis je le reçois par email.

    Félicitation pour ce billet vraiment bien écrit, le récit de cette visite au musée s’est aussi déroulé dans ma tête.

    pas mal le logo détourné. 🙂

  • alex le 08.02.2015 à 16h05

    Toujours aussi beau et drôle à lire. Bises de besac.

  • Christiane le 10.02.2015 à 11h13

    Merci pour tous ces billets écrits de merveilleuse façon
    .
    Dimanche dernier, le CT avait organisé la journée des bénévoles de la
    Sainté, 80 ont répondu présents, et tous parlaient avec enthousiasme de la prochaine édition.

    Bises de Mme John (avec ton petit clin d’œil….)

  • Sandrine le 10.02.2015 à 18h27

    Très bonne initiative de te  » désenfouir » des couvertures , de déambuler tant bien que mal au coeur de cette « chose » et de nous relater ensuite les merveilles qu elle abrite !
    Vision de l architecte Wolf Prix sur son oeuvre :
    « La rencontre d un Cristal de verre avec un Nuage d inox, à l image de ce lieu où la rivière s unit au fleuve. »
    Bises 🙂

  • M. le Comte le 15.02.2015 à 11h48

    Très cher Michel,
    Je suis très heureux de vous lire de nouveau et de constater que vous pouvez échapper quelque peu à vos tracas hospitaliers… avec désormais un statut de GO à H. Gabriel !
    Je ne vous ai pas oublié, mais le début d’année fut  »un peu » dense.
    Il y eut bien sûr le choc, la tristesse, la colère et le besoin d’unité du début d’année.
    Mais aussi les interminables dossiers administratifs (me rappelant parfois De Niro dévoré par la paperasse dans Brazil) auprès de services passés maîtres dans l’art du  »payera/payera pas » (Sécu, complémentaire, MDPH) et à l’origine de quelques nuits blanches ! Lisa (vue il y a quelques jours) m’a dit que Chloé était également en plein dedans ; je lui souhaite beaucoup de courage et de patience (a-t-elle contacté des associations pour l’aider dans ses démarches ?)
    Passant du coq à l’âne, je ne résiste pas à la joie de vous annoncer que j’ai décroché fin janvier un job dans la fab au sein d’une plateforme d’édition à St-Etienne !
    Je sais que la période des vœux est révolue, mais je vous souhaite néanmoins tout le meilleur pour 2015 : remettez-vous au plus vite, gardez votre verve, votre courage et votre moral (c’est toujours facile à dire…mais c’set sincère) pour partager le plus de temps possible auprès de ceux qui vous sont chers et surtout de votre petite Agathe…
    J’espère que nous aurons l’occasion de nous revoir vite chez Extra(mes heures libres sur Lyon sont désormais très rares) et vous adresse mes pensées le plus positives ! (résolution de nouvelle année : trouver enfin une autre formule !!!)
    Laurent

  • fanfan le 15.02.2015 à 22h01

    et oui Mimi, tu nous a manqué! j’ai eu envie de t’interpeler à maintes reprises sur la toile.; je me suis retenue. Je ne m’en suis pas sentie le droit.
    Je me suis dit: « s’il n’écrit pas de nouveaux billets c’est que son temps est pris autre part »; j’ai pensé à Agathe bien évidemment qui doit accaparer ton coeur, tes pensées, tes émotions. Agathe et tous les tiens qui sont là prêts de toi et qui t’aiment.
    J’ai pensé aussi que les événements terribles de ce début d’année t’avaient tellement touché/bouleversé que tu avais jugé que le silence s’imposait. On sait que le silence est d’or mais pas toujours.
    Je dois t’avouer que j’ai pensé aussi que tu traversais un creux de vague et cette pensée ne m’a pas plu du tout … et te voilà qui réapparaît au sommet de la vague : surprenant, brillant, amusant, tonifiant! malgré tous les maux qui t’assaillent.
    Tu vois quand tu ne nous parles pas on fait des élucubrations … tu as su tisser un lien avec nous.
    Je suis toujours ébaubie par ton énergie et ta volonté d’entreprendre . La visite au musée est un épisode qui mériterait d’être lu par un plus larde public à la fois pour l’aspect expédition et la critique du contenu d’un gigantesque ouvrage (très cher) dont on ne comprend pas (vraiment) le sens. Mon cher Michel, ne te fais pas trop attendre . Pâques ou la trinité c’est trop loin mon ami. Je t’embrasse très fort.

  • le coach le 16.02.2015 à 14h53

    Bravo pour ce Projet Confluence, Michel , c’était pas gagné ! Même si le bilan est mitigé, tes comparses sont ressortis avec la banane, ça crée un précédent culturel et ça fait de toi le responsable « Entertainment » de Henri Gabriel… ce qui n’est pas une mince affaire.

    PS : si je comprend bien entre les concerts gratuits de Gérald De Palmas, les lotos déjantés, les ateliers confection de colliers à base de capsules « Nespresso », les réveillons costumés avec bonnet de Père Noël, les sorties en voiture et les visites à Confluence c’est Broadway pour toi ! Bon j’arrête l’humour Charlie, faut vite que tu sortes maintenant

  • LN le 16.02.2015 à 21h14

    Bonsoir Michel,

    Je viens de prendre connaissance de ton blog et de ce premier jour d’avril. Quel choc… Quel courage je peux lire dans tes billets. Dans ta VDAA (d’avant avant, j’improvise…), je me souviens de ta plume aiguisée et de ton humour détonnant, ce qui n’a pas changé dans ta VDM, j’ai envie de dire tant mieux ! Surtout n’abandonne pas ! J’ai pu lire que tu as fait des progrès, continue de t’accrocher sans perdre pas ton objectif de vue ! Le moral et la force de vivre SONT des armes fatales pour surmonter l’impossible. Je sens que tu vas tous nous bluffer et que tu vas te dépasser pour récupérer un maximum. Toutes mes félicitations pour la petite dernière, Agathe, je pense bien à toi de ma contrée lointaine et je reste au plaisir de te lire. Ln. from Nantes

    NB : j’ai pourrie la page FB du musée des confluences sur leur organisation totale pourrie, même expérience 😉

  • Clacla le 17.02.2015 à 19h11

    Je te laisserai le « plaisir » de raconter les dernières péripéties de la série « Le corps médical assure ».
    Une très bonne raison de poster un billet plus vite!
    Je t’embrasse, Mimi.
    P. S : J’ai montré le faire-part à tout Marseille,
    Conclusion : Qu’elle est belle, l’Agathe!

  • karl le 19.02.2015 à 13h49

    Salut Michel,

    Tu aurais pu rencontrer Patrick Gilles qui travaille au Musée des Confluences. En espérant te revoir même sans « invitation » de ta part ! 😉
    Amitiés
    Karl

  • jacqueline le 19.02.2015 à 18h07

    Salut Mim,
    Bon, cette journée à Santenay c’est faite sans toi ce qui gâche un peu la fête, mais qu’elle bonheur de faire la connaissance d’Agathe. Ta magnifique fille nous a gratifiées d’un sourire. Avec toutes ces femmes autour d’elles, elle a du mérite.
    Je sais que tu attends avec impatience l’avis du médecin pour savoir si tu seras enfin chez toi ce week-end. Ta chérie espère de tout son coeur que ce sera le cas, c’est ce que je te souhaite.
    Permet moi de te féliciter, tu as bien travailler, ta fille est très belle et ne risque pas de renier son père. Tu avais la même bouille à son âge.
    Garde le moral et accroche toi, je t’embrasse très fort

  • CAZEMAJOU Jean-Louis le 19.02.2015 à 23h38

    Bonsoir Michel,

    Sébastien avec qui nous étions à l’île Maurice m’a informé de ta situation. Une bien triste nouvelle… La lecture de ton blog et son ton décalé me font penser au rédacteur de Charlie Hebdo (ou pour le vieux de 60 ans que je suis à Hara-Kiri)
    Sacré mental que ce Michel Sorine qui emporte tout mon respect
    De tout coeur avec toi et dès que tu m’en donnes le feu vert c’est avec un réel et vrai plaisir que je passerai te voir pour échanger
    Amitiés sincères

  • Georges Commerçon le 22.02.2015 à 21h40

    Je ne sais si le « je suis au lit » est toujours d’actualité, j’espère qu’il a laissé place à d’autres « je suis… » moins pénibles.
    En tout cas t’as toujours droit à plein de pensées de tes collègues de Tassin.
    Même de ceux qui n’ont pas encore pu passer te voir.
    Amicalement,
    Georges

  • pierre1911 le 24.02.2015 à 2h20

    Cher mimi,
    Je me suis moi aussi absenté de tes pages et de poser quelques mots au milieu de toutes ses marques d’affection que tu mérites.
    Je viens avec un mot d’excuse, un mot que tu ne m’as pas réclamé, mais que je te dois presque par solidarité. Le lendemain de Charly alors que j’avais la chance de pouvoir de nouveau me rendre au travail en vélo, dans le petit matin une voiture m’a renversé. Je ne ferai pas ici le bilan des séquelles, mais depuis ce jour là, je ne suis plus en capacité de travailler. Le bilan est beaucoup moins lourd que le tien, et je ne viens pas ici crâner que pour la troisième fois, je m’en sors. J’aurai aimé que tu connaisses le même destin.
    Depuis, j’ai du temps pour penser à toi, aux nombreux cassés de la route.
    Du fait de l’accident, j’ai vécu les évènements de Charly avec un peu de distance, mais ai quand même pris en pleine face toute cette violence comme une très grande majorité de personne, . J’ai entendu scander des valeurs et des mots qui me semblaient perdus à tout jamais. Après que la flamme de la vie est tanguée, j’ai entendu dans tout le lot de réactions et de témoignages des propos très sensés de la part de certains personnages publics qui ne sont pas franchement ma tasse de thé. J’ai eu une immense vague d’espoir. Mais cet espoir a été de courte durée. Il n’a duré que 24h.
    Pardonne-moi mimi, ce que tu trouveras peut être comme étant un raccourci, pardonne-moi de comparer ma modeste vie avec toutes ces victimes, ces atrocités avec un banal accident, mais de mon point de vue la réponse aux questions que tout le monde se pose « Comment peut-on être capable de faire cela? », cette question que l’on pose aux feu terroristes, je la retourne à ceux qui se la pose. 
Comment pouvez-vous faire la même chose?
    Comment les mêmes personnes peuvent-elles, sans qu’à aucun instant je juge, trouve illégitime, ou sous entende qu’elles ne soient pas sincères, comment ces citoyens puissent-ils se rassembler par millions, manifester pour la liberté, pour le droit, pour la vie et que ces mêmes personnes aient un comportement criminel sur la route?
Comment au nom de principes, de sentiment de supériorité peut-on agir ainsi?
    Mes propos choquent?
J’en suis désolé, ce n’est ni le but, ni mon souhait. Mais j’aimerai sincèrement que ceux qui manifestent pour la liberté, la tolérance, la mixité ne soient pas dès le lendemain l’auteurs de faits dramatiques et fassent des victimes silencieuses.
    Etre responsable est un exercice de chaque instant, complexe, gourmand en attention et énergie.
    Mimi, ta notoriété te donne de la visibilité. C’est le fruit d’un long travail, de mérite qui t’a conduit là où tu es. Je ne sens pas dans tes propos l’envie d’être un porte parole de ta nouvelle condition. Je note que dans tes billets, tu parles de tes frères et soeurs d’infortune, de ceux qui te soignent, des rencontres que tu fais dans un univers qui c’est imposé à toi avec violence. Tu as la force de parler d’humain, toi qui doute que tu le sois encore ainsi diminué. La mauvaise fortune des autres ne rend pas plus riche celui qui a déjà beaucoup perdu. Je te parle de diminué à diminué, cette expérience de la vie donnant au regard que l’on porte sur elle, un tout autre angle qu’il faut avoir vécu pour connaitre.
    Porte toi bien, du mieux que tu peux.

  • Lidwine le 25.02.2015 à 3h02

    Salut Michel,

    Chouette pour le musée des Confluences, je ne sais pas si ton descriptif m’a vraiment donné envie d’y aller !… Déjà la file d’attente permanente devant quand on passe en voiture n’inspire pas franchement l’envie… je crois que je vais encore attendre avant de vivre l’expérience…
    Pas cool en revanche pour les soucis de santé qui semblent ne pas vouloir te laisser en paix… !
    Je t’embrasse, j’espère à bientôt (on fait comment pour prendre RV dans ton agenda pour passer boire un café avec toi ?)
    Lidwine

  • Audrey le 26.02.2015 à 0h21

    Bonsoir Michel,
    on s’est croisé une fois avec Chloé sur les quais,je lis avec attention tes écrits et j’ai régulièrement de tes nouvelles par Chloé.Belle initiative que de proposer à d’autres personnes d’aller au musée,et d’en avoir profiter car le quotidien des soins demande effectivement de pouvoir se ressourcer autrement.Félicitations aussi pour ma venue de votre petite fille que j’ai enfin vue hier pour la première fois.Audrey F

  • MOUTONJean-Claude le 01.03.2015 à 10h14

    Memes impressions sur la visite du musée .
    Il y a 1 mois , il n’y avait pas de parking PMR ( un vigile a déplacé des plots sur l’esplanade d’accueil pour nous permettre de nous garer au plus près )
    Belle illustration de la politique antivoiture en vogue :les PMR sont priés de venir .. à pied !

  • isabelle le 03.03.2015 à 9h47

    Soleil brillant ce matin, entre deux averses bien mouillées. C’est sans doute un peu pareil pour toi, un jour bon un jour moins bon, une heure bonne une heure moins bonne.
    Ne lâche rien, même si la route est encore longue.
    Mes pensées affectueuses et positives t’accompagnent, avec celles de beaucoup d’autres.

  • Valérie Girardin le 03.03.2015 à 11h20

    Je ne suis pas une « addict » d’internet et donc je ne passe pas mon temps libre à « surfer  » sur le net ; je lis donc ton dernier message ce matin et , apparemment , beaucoup de monde l’attendait.

    J’ai de tes nouvelles par la famille à Santenay , et , bien sûr , il y a des hauts et des bas , mais , le simple fait d’organiser cette visite prouve que ton enthousiasme et ton sens de l’organisation sont intacts. Je suppose que ce sont des sorties qui permettent de se réinserer , petit à petit , dans un contexte de normalité malgré le handicap.

    J ‘espère te voir à Santenay au cours de l’année 2015.

  • jacqueline le 05.03.2015 à 9h53

    Salut Mim,
    Heureusement que j’ai des nouvelles par Chloé et ta maman, là tu nous fais languir, un mois sans nouvelles !!!! tu pousses un peu cousin !!!!
    Il faut bien que je te dise ce que ton fan club pense sans oser te le dire. lol
    Toute la famille t’envoie de bonnes ondes et Madeleine, pas au mieux de sa forme, t’envoie de gros bisous. A bientôt

  • Laurent NEVEU le 05.03.2015 à 18h18

    Bonjour Michel, le 7 avril, je me fait opérer, pose d’une prothèse de hanche, je n’arrive plus a pédaler, je me dit qu’a 49 ans ça fait tôt. Alors je vais voir ton blog et cela m’amène a un peu plus d’humilité et ça m’evite de me lamenter sur ma petite personne. Et me donne courage et philosophie pour la convalescence et la rééducation qui m’attend. Déjà vers 2003 Michel LANCELOT et toi me faisaient remarquer que je ne tournait pas très rond.tout ça pour dire que je m’attendais bien a ces quelques désagréments en prenant un peu d’âge. En tout cas merci pour ce blog.amitiés.
    Laurent NEVEU ancien du CT 69.

  • Arthurbaldur le 08.03.2015 à 16h58

    Hello, je viens d’ouvrir mon courrier avec le faire part d’Agathe. J’avais vu passé le recto en photo sur FB mais je découvre aujourd’hui le verso. Top bouille, elle est craquante cette petite Agathe.

  • PH le 14.03.2015 à 8h56

    Salut Mimi,
    Bjr aux Amis de Mimi qui lisent ce blog dont bcp sont sportifs j’avais envie de planter une graine :
    Si vous ne connaissez pas cette course faites un tour sur le site de Wings for life
    (http://www.wingsforlifeworldrun.com/fr/fr/aidez-nous-a-lever-des-fonds-pour-lutter-contre-les-lesions-de-la-moelle-epiniere/)
    Bises à tous

  • fanfan le 15.03.2015 à 21h18

    hello Mimi
    comment vas tu? Je m’inquiète quand tu ne publies pas de billet.
    ceci dit le dernier date du 5 février… ce n’est pas si loin!
    pleins de bises à toi et aux tiens.
    j’espère te lire bientôt

  • BOUSSELIN le 23.06.2015 à 14h55

    Je découvre cet autre blog, après avoir découvert ce qui vous est arrivé. Chapeau! un tel recul face à l’adversité, un tel courage, une telle volonté ne peuvent que forcer l’admiration. Ce n’est qu’un simple mot pour vos maux, je sais mais n’ai rien d’autre en magasin.
    Je vais vous suivre pour connaître l’évolution.

Ajouter votre commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *