Extropied Redonner de la patate au légume Retour à l'accueil

Tétra et avance !

15 juin 2015

Sandro Giordano

Un moment, on n’a plus le choix, il faut bien aller de l’avant. Ce n’est pas parce que je me sens profondément républicain que je dois forcément cautionner Nicolas Sarkozy. Bien au contraire. Ce n’est pas parce que je suis tétraplégique, privé entre autre de l’usage de mes jambes, que je dois baisser les bras. Même si, après 14 mois d’expérience, j’avoue que n’ai pas encore très bien compris l’intérêt de vivre comme ça… Pour les autres, sans doute. Pour mes enfants, mes parents, ma compagne, ma famille, mes amis, dont la patience le dispute à la fidélité, I’m going to come back !

Je sais, ça ne va pas être simple. Ayant multiplié les sorties en ville durant ce dernier mois, j’ai constaté que le monde extérieur était toujours aussi hostile. Je me demande même si le piètre état et le dévers de nos trottoirs ne se sont pas accentués avec les beaux jours… Ce matin, j’ai carrément tordu mon repose pied en franchissant un bateau de trottoir, comme toujours très adapté.  Nouveauté, j’ai également beaucoup de mal à supporter le bruit. La ville, la foule, les groupes de plus de 3 personnes… , et la tête me tourne, je rentre dans ma bulle. J’ai peur de ne pas retourner aux Nuits Sonores avant longtemps. Sans compter les jours sans – sans tension, sans moral, sans sommeil, sans thermorégulation, sans transit, sans patate…- qui restent encore trop nombreux. Mais j’avance, c’est indéniable, boosté par mon entourage, les mauvais sondages de Sarkozy et l’expérience des anciens. On fait de belles rencontres, en fauteuil. Un para revendiquant près de 30 ans de 4 roues, suite à un accident de moto à 30 ans justement, me confirmait il y a peu l’importance de reprendre une vie « normale »en fauteuil dans un cadre de vie exempt de tout souvenir de bipède. Mon associé a eu la bonne idée de déménager l’agence en 2014. Parfait ! À défaut de pouvoir changer de ville, il me restait éventuellement la possibilité de faire ma rentrée dans un nouveau domicile, plus adapté. Cette conversation a achevé de me convaincre. En moins de 15 jours, grâce à mon super agent « Chloé Immobilier »,  j’ai acheté une maison de plain pied et vendu la mienne. Tout y est accessible et plus grand, y compris le jardinet. Seul le prix restait relativement inaccessible. Merci encore à mes parents, mon Bigmalion à moi, qui m’ont une fois de plus ouvert les portes… Rien que pour eux, je me dois d’assurer un Max.

J’ai donc concocté un énième calendrier de sortie de territoire papouplegique. Si les relations restent excellentes avec le personnel soignant, nous commençons à nous observer avec l’indifférence des vieux couples condamnés au divorce. Considéré comme un patient facile et sympa, on me laisse aux mains des stagiaires, à qui je dois tout expliquer. Il y a des jours ou ça me fatigue. Les résidents qui s’incrustent finissent par lasser, j’imagine. La réciproque est vraie. Le 26 juin prochain, j’ai obtenu, non sans mal, un créneau pour la pose de cette fameuse pompe sous cutanée de médoc anti-spasmes, contractures exponentielles qui restent mon principal obstacle au progrès. Après un nouveau séjour à l’hôpital Neuro (que de bons souvenirs, beurk !) et une nouvelle opération sous anesthésie générale (…), je me donne un mois pour les derniers réglages et, si tout va bien, je passe le mois d’août entre la campagne, près de mes parents (des gens drôlement bien, je vous l’ai déjà écrit peut-être) et les cartons de notre déménagement, prévu en septembre. Septembre, qui verra également ma reprise progressive au boulot. Non mais !! Bien sûr, ce planning n’est viable que si le dispositif anti-spasmes est un minimum efficace, et que j’évite durant cette période escarre, infections, et autres complications dont j’ai le secret. La courbe du chômage va bien finir par s’inverser, il suffit parfois d’y croire. Cela dit, c’est pas gagné. Ayant signalé récemment à la nouvelle interne (charmante et compétente, comme quoi tout arrive) une protubérance inconnue au niveau du fémur, j’ai eu droit à une radio qui me confirme que ma POA reprend du service. Si j’ai heureusement conservé mon amplitude de flexion à la hanche gauche (il est heureux que l’opération du 1er avril ait servi à quelque chose), il semblerait que l’ossification anarchique ait déjà bien repris aux alentours, tel Daech dans le désert syrien.

Un nouveau traitement de cheval me sera donc dispensé la semaine prochaine, avec effets secondaires garantis, notamment une poussée grippale accompagnée de nausées bien agréables.

Parallèlement, pour préparer ce retour à la maison, je dois juste encore : trouver un(e) auxiliaire de santé pour ma préparation chaque matin (le soir, je pense pouvoir me débrouiller en famille) ; trouver un kiné compétent, dynamique, disponible,  motivé,  connaissant les blessés médullaires et exerçant près de mon domicile et de mon travail (ce n’est pas si évident..); identifier le bon moyen de transport pour mes trajets domicile-bureau (métro, tram, trolleybus, optibus, pistes cyclable,auto-stop…), faut que je me fasse ma propre expérience; acquérir encore tout un tas de matos plus ou moins pris en charge – eh non, un fauteuil ne suffit pas – (fauteuil douche, fauteuil verticalisateur, planches de transfert, brosses de douche, coussin à air curatif, kit roue avant « sport »…); faire équiper ma voiture pour l’handi-drive ponctuelle (et oui, j’ai mon permis !) ; régler quelques problèmes d’accessibilité dans ma future maison et au bureau, etc. Le tout sans beaucoup d’aide extérieure, ce serait trop facile.

Mais il me tarde tant de m’affranchir de cet hôpital et son rythme déprimant et débilitant. Même Johnny est sur le départ. Et d’autres ne sont pas prêts d’en sortir. Je pense au jeune Jordan et à sa nouvelle crise d’épilepsie en plein dîner. Un choc pour tous ceux qui le côtoient et l’apprécient depuis de longs mois. Évacué sur l’hôpital neurologique, il est revenu une première fois sans tous ses neurones, avant de repartir de nouveau. J’ai beau prendre un max de recul, c’est parfois assez dur à vivre. Seul mon pote Vance conserve un moral inoxydable et heureusement contagieux. L’autre jour, au terme d’une escapade salvatrice en sa compagnie et celle de sa sainte épouse Danielle, il m’exposait la théorie suivante. En tant qu’anciens sportifs avides de défis parfois extrêmes, nous devions vivre notre tétraplégie comme une aventure. Mooouuuuaaaaiiisss  !  Quelle aventure !!!  Je veux bien essayer de la vivre comme telle,  même si j’ai peur que celle-ci ne s’éternise un peu trop à mon goût.

Photo de couverture © Sandro Giordano

Par Michel Sorine

Michel Sorine

Directeur associé

Sportif du dimanche et directeur de clientèle  la semaine, il est aussi concepteur-rédacteur à ses heures, ça le détend.

Voir tous ses billets

Il y a 35 commentaires

  • Alex Degenne le 15.06.2015 à 9h19

    Salut Michel !
    Je suis de tout coeur avec toi pour franchir cette nouvelle étape dans ta vie. J’imagine que tu es impatient de revenir à une vie plus normale.
    Je pense bien à toi,
    Alex.

  • JY le 15.06.2015 à 9h25

    P**** j’ai eu les larmes aux yeux… Admiration !

  • Bertrand Anne le 15.06.2015 à 10h37

    Bonjour,
    Je ne vous connais pas. J’ai lu tous vos billets grâce au site kikourou.
    Bravo pour votre enthousiasme et votre courage.
    Vous êtes une leçon de vie et d’énergie pour nous les « valides » qui nous plaignons souvent de nos petits bobos.
    Et puis vos billets sont tellement agréable à lire.
    Merci pour ces instants de plaisir.

  • Moreau Sophie le 15.06.2015 à 15h43

    Je note 2 prochains rendez vous avec toi: dejéuner ensemble! Nos bureaux se sont rapprochés ces derniers temps: je me ferai un plaisir de partager une salade avec toi et parler boulot. Rouler ensemble! Je reste à chaque fois surprise de voir des éclats dans tes yeux en me décrivant un col, une route de montagne…Tu prendras ton 2 roues, moi le mien et on pourra goûter aux Berges, chacun à notre allure ( d’ici là, tu vas bien reprendre des forces aux bras, pour me mettre minable!!!!). Des bises, du courage, de la force, et aussi de la tendresse Bordel!!! Sophie

  • jacqueline le 15.06.2015 à 18h22

    Salut Mim,
    Un peu silencieuse ta cousine mais Madeleine nous a causé beaucoup de soucis. Cela ne nous a pas empêché de penser à toi et ta famille.
    Tes parents étaient très heureux que tu es trouvé une maison qui te permette de te déplacer facilement et de profiter pleinement de ta famille. J’espère qu’après cette énième opération nous serons si heureux de te voir à Santenay. Et ta mère pourra te préparer plein de bonnes choses.
    Continue de te fixer des objectifs car nous savons tous que tu vas y arriver. Je t’envoie de gros bisous de la part de toute la famille

  • LAHOUSSINE le 15.06.2015 à 18h56

    chapeau l ‘ami , admiration

  • mamoëlle le 15.06.2015 à 19h07

    Salut Mimi,

    même si ta lettre d’aujourd’hui met en évidence toutes les galères que peut rencontrer un être ne vivant pas sur ses deux pattes, je ressens quand-même de ta part plein d’espoir, de projets, de vie, p***** que ça fait du bien !
    Je t’embrasse bien fort.

    Mamoëlle.
    🙂

  • Georges Commerçon le 15.06.2015 à 19h42

    Le Terminator serait de retour?
    Après le T-800, le T-1000, c’est le T-tra qui l’annonce lui-même ; »I’ll be back »!
    Hang-on Michel!

  • DUCREUX le 15.06.2015 à 19h50

    Nous sommes les parents de Corinne et depuis 14 mois nous suivons votre combat.
    Depuis janvier 2015 je suis blessé suite à une chute en vélo banale.
    Cinq fractures du bassin …..
    Dans chacun de mes doutes pour avancer je pense à vous et je me dis que je n’ai pas à me plaindre.
    On sent en vous beaucoup de courage car vous nous en donner beaucoup.
    Merci à vous
    Mauricette et Gérard

  • SAINT-EVE le 15.06.2015 à 22h36

    Courage Mimiso, on ne se connait pas sauf via kikourou, cette épreuve tu vas la surmonter tel un Ultra

  • Philippe DUBOIS le 16.06.2015 à 8h39

    Le post du retour aux affaires.
    Des projets et surtout le retour de la vie : un chez soi accueillant, un job….
    En ce qui concerne l’aventure par Vance, pourquoi pas : c’est un ultra, des hauts, des bas. Certainement du mieux que tu ne soupçonnes même pas, et des bas que tu gères déjà.

    Tu vois que du mieux !

    Je pense à toi.

  • pierre1911 le 16.06.2015 à 9h59

    Bonjour,

    Tiens aujourd’hui, je n’ai pas opté pour le salut franc et un peu familier. Aurai-je quelque chose de sérieux à te dire? Devrais-je même penser à te vouvoyer?

    J’ai bien pensé à toi en Mai, car mon fils est né. Même si je ne peux pas rivaliser avec le taux d’ennuis de santé que tu collectionnes, tu m’accorderas le bénéfice de la ressemblance sur deux points: mon état de santé du à un accident de vélo et le fait d’accueillir son enfant alors que le ciel comme le coeur ne sont pas les plus rayonnants.

    Comme toi, encore (!), le net est un beau refuge quand le monde extérieur vous semble si agressif. Car s’il est simple de se faire un parcours à la carte, de fermer d’un clic ce qui nous plait pas, de faire défiler le film à la vitesse et autant de fois que l’on souhaite, la vraie vie n’est pas du même acabit.

    Face au constat que beaucoup des envies ne peuvent être réalisées, la courage consiste à dresser la liste des 3Mx (MayDay, May be, Mother Fucker). L’idée donc d’écrire enfin un livre n’a-t-elle pas ici tout le temps jardin nécessaire?
    Je ne sais pas pourquoi, je vais claironner cela sur le blog d’un type qui déteste écrire et être lu.
    Voilà une idée qu’elle est bien!

    Je n’ai pas osé m’inviter à ton chevet. J’attends le signe, un feu vert de ta part. Je ne serais pas vexé si la lumière ne s’allume jamais. Avec le temps, les grosses baffes, les crocs en jambe, on finit par être un peu philosophe, à prendre de la distance.

    A propos de distance je t’espère d’en prendre au plus vite avec l’hôpital et de retrouver un chez plus horizontal.

    See U sieur mitch

    Pierre

  • Yves Remords le 16.06.2015 à 10h47

    Salut l’ami.

    Fidèle lecteur de tes péripéties, je constate avec joie que la courbe de ton moral évolue aussi favorablement que celle de l’éclosion de la girolle en haute Lozère, en ce mois de juin que se partagent orages et chaleur. Il n’est de sortie, route ou VTT, au cours de laquelle je ne pense à toi, au détour d’un chemin bordé de narcisses printaniers ou d’une ligne de crête âprement conquise. Le temps n’est peut-être pas si loin, où tu colleras un dossard au revers de ton fauteuil Specialized à armature carbone-kevlar et wishbone intégré. Forza !
    CB

  • La Gosse le 16.06.2015 à 12h25

    Juste pour te dire que j’ai eu l’occaz de passer une soirée avec ta fille aînée et que j’ai été extrêmement touchée de sentir à quel point elle te ressemble par son caractère et à quel point je l’aime, combien je vous aime.

    J’ai compris encore plus pourquoi vous étiez amis avec ma propre (mère) car j’ai retrouvé chez ta fille les qualités du père et une immense générosité de coeur dont elle semble inonder ceux qui l’entourent.

    Outre cet humour noir savamment étudié, j’ai aussi reconnu en elle cette volonté de ne rien lâcher, jamais, et d’affronter avec courage tous les combats que nous impose la vie. Elle a été à bonne école, tu le prouves tous les jours un peu plus.

    En tous cas, pas de doute, tu es bien entouré et même si nous ne pouvons qu’accepter ton envie parfois bien légitime de baisser les bras… Je veux juste te rappeler une fois encore, même si ça fait pas avancer le schmilblick que nous serons toujours là pour toi et ta petite (grande à force) famille.

    On t’aime grave de chez grave et on continuera à être tes jambes autant que faire se peut (j’ai cru comprendre que tes enfants se faisaient un devoir de faire toutes les courses possibles et imaginables pour toi… C’est beau, merde. J’ai pensé ensuite que si je devais moi-même me mettre à la cornemuse pour pallier un handicap paternel, je préférerais être déshéritée immédiatement).

    Bref, après un super reportage sur Ségolène Royal sur France 2 hier, je me dis que le Nain ne peut que baisser davantage dans les sondages, de quoi booster ton moral encore plus jusqu’à cet été et le graal de la sortie.

    Allez allez, on y croit putain!

    Bisous et à bientôt j’espère mon Mimi.

  • fanfan le 16.06.2015 à 18h25

    Merci pour ce terrible billet atrocement bien écrit!
    La photo que tu as choisie est difficile à regarder. Elle a le mérite de bien poser la situation et de nous mettre face à ta réalité. Encore que? peut-on comprendre cette réalité quand on n’y est pas confronté de plein fouet ? Tes proches peut être sont à même d’approcher la complexité de ta nouvelle vie… ?? Une chose est certaine : tu ne vis pas sans amour, sans amis, sans relations. Les liens du sang sont puissants quand il le faut.
    Je pense à toi. Accroche toi. Je te prends dans mes bras mon cher Michel et je te chante une berceuse! et oui j’ai envie de te chanter une berceuse! tu me l’autorises?

  • PAF le 17.06.2015 à 8h40

    Allez zou, à l’aventuuuuuuuuuuuuuuuuuuure!
    Yeeeeeeeeehaaaaaaaaaaaaaaaaaa!

  • Jacqueline le 17.06.2015 à 21h29

    Salut Mim,
    Oui encore moi. J’ai raté le coup de fil de Chloé mais j’espère que le repas que vous avez partagé aujourd’hui c’est bien passé. Même le soleil est revenu pour vous accompagner.
    Madeleine va beaucoup mieux et elle te transmet de gros bisous.
    Continue de garder le moral et très vite tu pourras profiter de tes enfants et de ta chérie, tout çà dans ta nouvelle maison. Sans oublier de retourner bosser c’est tout ce que. j’ai envie de te souhaiter.
    Bonne nuit mon courageux cousin. Bisous

  • Charles le 18.06.2015 à 2h54

    Salut mec

    tu as été la première personne à m’accueillir dans ce monde « hostile »
    ton humour grinçant m’a vite mis dans l’ambiance.
    on a réussi ensemble à mettre de la gaité dans ce violent où beaucoup de vies sont brisées.
    grâce à toi, Johnny, Jordan, Cyriac, Marc et bien d’autres mon regard sur le handicap a changé: derrière ou devrai-je dire sur chaque fauteuil, il y a un être humain…
    même quand j’ai douté vous avez été présents ainsi que le personnel soignant.
    la vie est faite de rencontres et il n’y a pas d’histoires sans rencontres: tu es une belle rencontre…
    je comprends, à toi et Johnny vos craintes et vos peurs de sortir
    du centre pour être lâché dans le monde « civilisé ».
    ce n’est du courage qu’il faudra tous les jours , mais des « C……. ».
    j’ai confiance, vous êtes des battants.

    continues ton blog Mec, ça te fait du bien, mais aussi à beaucoup de personnes.
     » il faut souvent des mots pour soigner les maux  »

    Charles

  • philkikou le 19.06.2015 à 5h45

    Bonjour
    Je te souhaite de moins en moins de jour « sans ».. et même sans jour sans … et du courage, mais ca toi et ton entourage n’en manquez pas, pour passer du monde papouplégique, à ta nouvelle demeure…
    Un vrai parcours du combattant… t’es un battant, et t’as oublié d’être con 😉 merci pour ces billets

  • Hervé le 19.06.2015 à 8h41

    Quelle aventure en effet … Essaye de la vivre à fond 😉

  • suzume06 le 19.06.2015 à 12h32

    Bonjour

    Nous ne nous connaissons pas mais je lis vos billets à travers Kikourou. Je suis admirative devant votre courage même dans tous les moments difficiles.
    Merci pour vos témoignages qui devraient nous permettre de nous remettre en question et d’arrêter de nous lamenter pour des futilités.

  • Clacla BM le 19.06.2015 à 22h00

    Mim, love, love, love, force, force, forces et milles pensées pour toi. Les mots me manquent cette fois, mais pas l’envie d’être présente à ma manière, si dérisoire, là pour toi.

  • Clacla le 21.06.2015 à 10h48

    Allez Mimi, même l’INSEE est plus optimiste que le gouvernement! Alors, tout devient possible!
    Je t’embrasse.

    P.S : A l’heure où je remplis les livrets scolaires, je te confirme, dans ma lancée, que tu as encore progressé à l’écrit! Impressionnant…

  • Charles le 21.06.2015 à 23h07

    Salut Mec,
    Je profite de ton blog pour faire passer ces quelques lignes avec ton autorisation.

    Après une nuit où plein de questions et de doutes m’ont trottés dans la tête, voici quelques mots pour exprimer ce qu’est mon blues:
    « Je suis fort comme le loup, mais souvent chien fou, capable de devenir doux et docile comme un toutou.
    Tu es comme l’oiseau blessé, que j’aimerais soigner pour l’aider à s’envoler et retrouver la liberté.
    Mais qu’est-ce que la liberté, pour un handicapé dans ce monde civilisé où rien n’est adapté?
    Je suis fort comme le loup, dans ce monde de fou, mais j’ai mal pour vous et j’ai peur pour vous …
    Avec ces vies brisées, mon regard a changé, vous m’avez transformé et même apprivoisé.
    Difficile sera le départ, autant qu’est belle l’histoire, mais il y a de l’espoir car on va se revoir !… »

    A tout le personnel soignant, à Nath mon fidèle lieutenant, à Diane mon petit soldat perdu, à Johnny mon jeune guerrier pacifique et à toi Michel mon courageux combattant … (et bien-sûr à tout les autres …).

    Charles

  • Biloute51 le 22.06.2015 à 16h46

    De nombreux obstacles déjà franchis. Il en reste beaucoup mais le courage et la persévérance ne nous abandonneront pas. Nous les franchiront tous jusqu’au bout du bout.
    Pour DUCREUX, bon courage et garder le moral car fracture du bassin, j’ai donné suite à une chute de vélo en course (immobilisé au lit 3 semaines) mais c’est reparti. Il y a toujours plus malheureux que soi.

  • Noune le 22.06.2015 à 20h09

    Et si « l’aventure » que tu t’apprêtes à vivre s’écrivait tout simplement …

    A la faveur de notre dernière rencontre où tu nous as décrit ta future maison, je t’imagine avec plaisir attraper le vieux bouquin du dernier étage poussiéreux de ta grande bibliothèque … grâce à ton fauteuil à position verticale, et t’inspirer d’une citation d’auteur classique pour achever le chapitre de ta dernière nouvelle … drôle et forcement un peu cinglante.
    Ton pote Charles (le Loup) viendra de te faire écouter son dernier texte de Slam pour que tu lui donnes ton avis, le tout bercé par le doux son d’Agathe jouant dans le patio.
    Il faudra que tu trouves un peu de temps pour répondre au dernier post (oui elle écrit …évidemment) du voyage de Ro avant que n’arrivent Châton et Toy pour dîner et mater le dernier Clint (que ceux qui pensent que vieillir est un handicap se rhabillent ).
    Chloé prépare des pâtes et ce sera des bananes en dessert .. on ne change pas une équipe qui gagne !

    J’espère que les tasses du café que nous aurons partagé un peu plus tôt traineront encore dans l’évier.

    Noune

  • Charles le 23.06.2015 à 13h36

    Salut Mec,

    « Bien-sûr qu’après le départ, tout ne sera pas noir, il faut garder espoir et belle sera l’histoire.
    Malgré ces corps blessés, vous allez vous relever et continuer à voler même si ce n’est pas la vie rêvée.
    Vous allez souvent lutter, vous aller souvent douter mais votre vision aura changée car votre âme s’est renforcée.
    Je vous fais une promesse, malgré tout le stress, il y aura beaucoup de tendresse mais vous n’aurez plus de laisse.
    Vous deviendrez comme des loups, dans ce monde de fou et même si on n’est pas toujours entre nous, à de le rendre plus doux.
    Vous serez entourés, on va s’entraider, vous allez avancer et c’est cette histoire un jour que je vais conter… »

    Charles

  • philkikou le 23.06.2015 à 20h39

    merci à vous pour vos textes sincères et forts , entre chien et loup, docile et sauvage, patient et révolté, solitaire et solidaire…

  • Bousselin le 24.06.2015 à 16h11

    Je découvre cet autre blog, après avoir découvert ce qui vous est arrivé. Chapeau! un tel recul face à l’adversité, un tel courage, une telle volonté ne peuvent que forcer l’admiration. Ce n’est qu’un simple mot pour vos maux, je sais mais n’ai rien d’autre en magasin.
    Je vais vous suivre pour connaître l’évolution.

  • Jacqueline le 25.06.2015 à 22h17

    Bonsoir Mim,
    Ce soir je pense très fort à toi et Chloé. Demain tu vas encore passé sur la table d’opérations. Nous sommes tous avec toi. Après tu n’auras plus tous ces spasmes qui te font tant souffrir. Je pense à ta douce Chloé séparée d’Agathe pour quelques jours, elle pourra plus facilement être près de toi. Je sais son angoisse pour cette première séparation, qu’elle se rassure votre petite merveille va être chouchoutée par ses tous jeunes grands-parents et un petit changement d’air dans le vignoble alsacien ne peut que lui faire du bien.
    A tous les deux j’envoie de gros bisous et merde pour demain. La famille est derrière vous, au grand complet.

  • L'ex coach le 27.06.2015 à 6h58

    Bon cette fois j’arrête le coaching, je ne sais pas ce qui m’avait laissé croire que j’avais un talent pour ça. Par contre, si ça peut t’intéresser je me lance dans le service à la personne : identification de matériel de type coussin à air, kit roue avant « sport », accessoires pour l’handi-drive. Je peux récupérer les documentations techniques, aider à l’installation et à la prise en compte des accès,etc Comme tu le sais dans ce domaine, rien n’est trop facile

    Sinon je profite de ton blog pour signaler à des cyclistes qui emprunteraient un peu vite la route à la sortie de Laives (71) d’être très vigilants. La DDE y a construit un impressionnant ralentisseur. Je dis « construit » car son inclinaison,son volume, sa résistance en font un véritable « ouvrage d’art » probablement conçu a l’aide d’outils 3D . Pour ceux qui n’arriveraient pas à le franchir et qui y laisseraient une clavicule j’en profite pour leur recommander un excellent chirurgien : Didier Guignand à la Sauvegarde

  • Jacqueline le 15.07.2015 à 14h21

    Salut Mim,
    Je pense très fort à toi en regardant les coureurs du Tour de France. J’espère que tu vas bien et que ta petite famille aussi. Ici tout le monde va bien et se protège de la canicule. Pour toi j’ose penser que la chaleur est supportable.
    Je vais envoyer un message à ta douce pour avoir de ses nouvelles et de celles d’Agathe qui doit avoir beaucoup changé. Continue de progresser et très bientôt tu pourras profiter de ta nouvelle maison. Courage mon cher Mim tu vas y arriver.
    Gros bisous et régale toi devant ce bel événement sportif.

  • Lidwine le 17.07.2015 à 14h44

    Belle nouvelle pour le déménagement 🙂
    Quelle efficacité cette Chloé… du coup, je comprends qu’elle avait d’autres chats à fouetter que de me rappeler pour qu’on trouve une date pour se voir !
    Faudrait quand même pas oublier qu’on a toujours pas vu Agathe… autrement qu’en photo.

    Prépare bien ta rentrée, elle s’annonce chargée… de belles choses.
    Et j’espère à bientôt pour un café (ailleurs qu’à l’hôpital !)
    Bise
    Lidwine (et le Colonel, qui ne se déplace plus sans poussette double donc pas facile dans un hôpital mais disponible à domicile autour d’un verre et d’un repas sans problème)

  • Clacla BM le 17.07.2015 à 17h38

    Hello Mim, plantée devant mon ordi, je t’envoie des pensées solaires (…sans les degrés éprouvants) pour te donner du courage dans cette e
    xpé. Utilise à fond l’assurage et l’encordage des amis, la via ferrata de l’amour qui t’entoure. Loves.

  • Deguin le 22.07.2015 à 13h13

    Bonjour Mime
    J’ai appris par ton cousin ce qui t’etais arrive, je le vois une fois l’an et encore lorsque je me trouve a la maison.
    J’ai beau etre expatrie mes racines restent quand meme a Santenay, les Soso comme je le dis sont des figures emblematiques.
    Ton histoire m’a touche doublement, ne laisse jamais ton moral de sportif d’abandonne dans cette epreuve.
    Je te souhaite pleins de courage et cela me plairait de vous revoir.
    Pierre

Ajouter votre commentaire

Les champs obligatoires sont indiqués avec *